Numérique : l’évolution passe-t-elle par La Poste ?

Fer de lance du système postal Français, La Poste est pourtant une entité à part entière. Publique ? Privée ? Cette structure cherche encore un sens à son avenir, notamment en terme d’offre de services. S’il est indéniable que le secteur privé puisse jouir d’une liberté d’action folle, ce n’est pas le cas des services publics. Entre deux feux, La Poste va devoir faire un choix : Le numérique peut-il apporter cette touche de modernité en facilitant le travail des agents PTT ? 

Le « Tout-Numérique » : l’évolution en marche !

S’il n’est plus à prouver que nous sommes en plein dans l’ère du numérique, il reste tout de même délicat de s’en emparer efficacement pour la plupart des acteurs. Certes, les outils sont là, Internet est plus rapide, les PC s’améliorent, et le « savoir du Net » s’ouvre à tout le monde. Pour autant, est-ce là la tournure obligatoire que doivent prendre les choses ?

S’il y a bien une chose que les professionnels, notamment de La Poste, expliquent mieux que quiconque : ce sont les conditions de travail sur le terrain. En effet, un travail de bureau nécessite tout ce que nous avons évoqué quelques lignes plus haut. Mais pour les agents de terrains, c’est souvent une autre paire de manche. Ces travailleurs-là sont mobiles, soumis à un emploi du temps chargé et pressé par les conditions de l’environnement.

Dès lors, un beau PC ainsi qu’une connexion Internet ultra-rapide n’a plus vraiment d’intérêt. Tout comme ces agents, la technologie qui les accompagne doit être mobile, rapide et soumise aux aléas des métiers. Allant de petits essais aux grandes réussites, le secteur des PTT a été un des premiers à tenter l’aventure du numérique avec succès. L’invasion spectaculaire de la Technologie Vigik en est un excellent exemple !

Cependant, il reste encore un sacré bout de chemin à accomplir avant de voir d’autres instances publiques se doter de dispositifs aussi pratique. En France, il se passe même plutôt l’inverse : énormément d’usagers critiquent le manque de modernisation des entités publiques. Manque de subventions, réduction de personnel, suppression de postes… Ce n’est clairement pas une situation idéalement pour investir dans de la Recherche et du Développement.

Ce qui a permis à La Poste de franchir le cap, c’est avant-tout une sorte de flou sur son statut. Techniquement publique, avec beaucoup de privé dedans : c’est une pochette surprise qui tente de prendre le meilleur des deux mondes. Cette marge de manœuvre sur un sujet qui se veut de plus en plus intrusif est salutaire. En y repensant, ne serait-ce pas cela la clé de la réussite : avoir le droit à l’essai et, plus que tout, le droit à l’erreur ?

C’est une évolution naturelle que de passer par le numérique. La véritable innovation est de réussir à trouver d’autres applications capables de faciliter le travail des salariés au sein des entreprises (à la manière du système Vigik). Si les progrès se font sentir, force est d’admettre qu’il faudra encore attendre un peu avant de voir un réel changement. Après-tout, la technologie s’industrialise et se modernise de jours en jours, et ce même savoir s’ouvre de plus en plus aux grand public. Il ne serait donc pas étonnant de voir ces pratiques « de familles » s’appliquer au monde du travail. Seul l’avenir nous le dira.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *